Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 août 2015 6 01 /08 /août /2015 22:30
L’ART DE LA MÉMOIRE ET LA FORMATION DU SYMBOLISME MAÇONNIQUE

Charles B. Jameux

4ème de couverture : Dans cet ouvrage, Charles Jameux part à la recherche des sources intellectuelles de la franc-maçonnerie spéculative en proposant une hypothèse que l'on peut résumer ainsi : « l'art de la mémoire » comme origine de la méthode maçonnique. « L'art de la mémoire » est une méthode mnémotechnique, enseignée depuis l'Antiquité, qui consiste à mémoriser des lieux et des images pour permettre à un orateur prononçant un discours de se promener dans son imagination, le long des endroits ainsi mémorisés, et de cueillir au passage les images lui rappelant les articulations de son propos. À la Renaissance, cet outil fut utilisé par les hermétistes comme méthode d'acquisition de la connaissance par l'utilisation d'images magiques ou talismaniques comme repères mnémoniques. L'art de la mémoire a contribué à la transformation de la maçonnerie opérative en maçonnerie spéculative et donc à l'apparition des symboles maçonniques utiles à la construction du temple spirituel. Disparaissant donc progressivement en tant que tel, il se survécut sous une autre forme dans le contexte philosophique et historique de la dissociation en Occident entre pensée conceptuelle et pensée analogique (Discours de la Méthode, 1637). Cette recherche des sources intellectuelles de la maçonnerie spéculative met en lumière ce moment charnière qu'est le XVIIe siècle pour l'histoire des représentations et pour l'histoire de la philosophie en Occident.

ISBN : 979-10-242-0052-1 – Edition : Dervy 2014 – Prix : 12€ – 113 pages.

Avis : On peut considérer que l’année 1637 serait un marqueur datant la fin de la recherche par la conscience européenne d’une méthode unique et unifiée contraignant les philosophes, les poètes et les scientifiques à choisir entre d’une part le rationalisme mathématique et utilitariste de la pensée conceptuelle et, d’autre part le langage symbolique et imagé de la pensée analogique ? 1637 verra simultanément le jour le Discours de la méthode de René Descartes et la première occurrence écrite de l’existence du « mot de maçon » à Perth, en écosse. Ainsi l’auteur défend la thèse que la formation du symbolisme maçonnique s’est opérée à cette date, par mutation de l’art de la mémoire et greffe de l’hermétisme sur le « métier » en Écosse.

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2015 6 25 /07 /juillet /2015 20:12
LES PENSEURS GRECS AVANT SOCRATE

De Thalès de Milet à Prodicos

4ème de couverture :

Zénon! Cruel Zénon! Zénon d'Élée !

M'as-tu percé de cette flèche ailée

Qui vibre, vole, et qui ne vole pas !

Le son m'enfante et la flèche me tue!

Ah! Le soleil... Quelle ombre de tortue

Pour l'âme, Achille immobile à grands pas !

Paul Valéry

ISBN : 9-782080-700315 – Edition : Flammarion – Prix : 4.80€ – 223 pages.

Avis : Le miracle grec ! Il faut employer ces mots, quelque usés qu'ils puissent être, si l'on veut se rendre compte des immenses progrès que le peuple grec, particulièrement doué, a fait faire à la pensée humaine. Placé dans des conditions de développement extrêmement favorables, il a donné à l'esprit humain les cadres et les principes essentiels de son activité. Qu'il s'agisse de philosophie, d'histoire, de sciences; qu'on envisage les arts différents et les genres littéraires, il a su tout régler et, renonçant à la connaissance purement empirique et pratique, remonter jusqu'aux sources universelles de tout savoir, se débarrasser de la tutelle dangereuse des magies et des religions, poser tous les problèmes sur le plan rationnel et ouvrir à la spécula¬tion les voies dont, par la suite, elle ne devait pas s'écarter.

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2015 6 25 /07 /juillet /2015 19:38
L’EXPULSION DE LA BÊTE TRIOMPHANTE

Traduit de l'italien, présenté et annoté par Bertrand Levergeois

Giordano Bruno

4ème de couverture : Après avoir démontré la nécessité d'un univers infini, peuplé de mondes innombrables, Giordano Bruno tire les conséquences de cette vision décentrée : en « expulsant » du ciel la symbolisation traditionnelle des constellations comme en lui opposant une autre hiérarchisation des valeurs, fondée cette fois sur une philosophie nouvelle, il poursuit donc sa critique du dogmatisme et, du même coup, va mettre en relief sa condamnation de la théologie judéo-chrétienne. Il ouvre ainsi la voie à une politique de l'action où le philosophe, dévoué tel qu'il doit être au critère primordial de la vérité, devient l'unique rempart contre l'obscurantisme de confessions abâtardies (calviniste, luthérienne et catholique, elles l'excommunieront invariablement), ainsi que le seul garant d'une connaissance et d'une liberté réorientées. Mission, d'ailleurs, à laquelle Giordano Bruno n'admettra jamais de déroger, comme en témoigne sa fin tragique le 17 février 1600 sur le bûcher de l'Inquisition... De Giordano Bruno, Bertrand Levergeois, l'un des meilleurs spécialistes du philosophe, a également traduit de l'italien, présenté et annoté L'Infini, l'univers et les mondes (Berg International, 1987) et La Cabale du cheval Pégase (Michel de Maule, 1992 ; réédition 2005).

ISBN : 2-87623-056-9 – Edition : Michel de Maule – Prix : 29.73€ – 258 pages.

Avis : Dans le Spaccio della bestia trionfante, Bruno cherche à exposer, sous le couvert d’une fiction mythologique, quelques-unes de ses idées sur l’éthique, la vie sociale, les rapports de l’individu et de l’État. Cette forme littéraire lui permet toutes les audaces et certains textes formulent une critique à peine déguisée du christianisme. D’autres discours plus explicite condamnent les guerres de religion, le protestantisme, tandis que certains passages plus positifs esquissent les grands traits d’une morale sociale efficace. Ainsi se trouvent éclairés sur le plan théorique certains aspects des réponses de Bruno au procès, comme quelques-unes de ses réactions au monde l’entoure.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 18:40
poteau.jpgJean-Paul Lemonde

4ème de couverture : Les églises et cathédrales font partie du patrimoine que nos anciens nous ont laissé. Ils y ont inscrit leur savoir, leurs techniques mais aussi leurs croyances et il serait dommageable à notre propre culture de ne pas tenter de percer ce que ces constructions peuvent nous révéler de la société ancestrale et fondatrice dont nous héritons.

La démarche exposée dans L'Ombre du Poteau et le Carré de la Terre rejoint la méthode expérimentale utilisée en physique. Elle offre un nouvel outil d'investigation à tous ceux que l'art médiéval intéresse, aussi bien d'un point de vue architectural et archéologique que symbolique ou historique.

Originaire du sud bourguignon, une région riche en églises romanes, Jean-Paul Lemonde est ingénieur civil des Mines et s'intéresse à l'architecture sacrée depuis plus de vingt ans. Dans ce livre, sa curiosité naturelle s'allie à son penchant marqué pour l'art et à sa formation scientifique pour réaliser une étude foisonnante et passionnante

ISBN : 978-2-84454-684-5 – Edition : Dervy 2011 – Prix : 22.00€ – 427 pages.

Avis : Pour pouvoir lire les cathédrales ce livre est un outil indispensable à la compréhension architecturale et symbolique de ces édifices. Il se décline en cinq parties : la première résume le contexte religieux et scientifique de l’époque médiévale ; la seconde dégage les fondamentaux autour desquels s’organise la construction ; la troisième transpose la construction dans le contexte symbolique ; la quatrième expose l’exemple de douze édifices particuliers auxquels s’applique la méthode de l’auteur et enfin l’auteur synthétise et analyse les résultats obtenus confirmant sa thèse.

Un livre très intéressant qui met en évidence tous les aspects de la géométrie sacrée

Partager cet article
Repost0
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 09:34
monde_sens.jpgJean-Marie Pelt & Pierre Rabhi

4ème de couverture : Toutes les cultures du monde se sont interrogées sur la question du « sens ». Dans notre société en perte de repères, la science, nous dit Jean-Marie Pelt permet, en explorant le réel du big bang jusqu'à l'homme, d'apporter des éléments de réponse à cette question.

En effet, d'un bout à l'autre de la longue histoire de l'univers, l'évolution conduit des éléments simples à s'associer pour former des entités plus complexes, faisant émerger de nouvelles propriétés C'est ce qu'il appelle le « principe d'associativité ». Par de multiples exemples puisés dans la nature, Jean-Marie Pelt met en lumière le fait que la vie doit davantage à l'alliance qu'à la rivalité.

Pierre Rabhi défend avec lui ce principe en « intendant et serviteur de la Terre nourricière », comme il se définit lui-même. Pour lui, il appartient désormais aux hommes de poursuivre ce processus en privilégiant la coopération au détriment de la compétition, source de tensions et de conflits.

Jean-Marie Pelt et Pierre Rabhi, amis de longue date, mettent ici en commun, par-delà les désespérances de notre temps, une vision qui se veut optimiste mais qui exige, à leurs yeux, pour aboutir à un monde plus juste et fraternel, une authentique et massive « insurrection des consciences ».

ISBN : 978-2-213-68186-3 – Edition : Fayard 2014 – Prix : 15.00€ – 175 pages.

Avis : La question du sens est prise ici en fait de direction et donc d’évolution.

Jean-Marie Pelt nous propose de reprendre toute la chaîne des différentes associations d’éléments depuis le combat titanesque entre la matière et l’antimatière qui va aboutir à la formation de l’univers. Il s’attache ensuite à démontrer l’origine de la vie par l’association de l’ADN et de la chlorophylle pour aboutir à l’apparition des plantes et des animaux. Dans son chapitre sur l’humanité découlant du cerveau il fait ressurgir la question du sens.

Pierre Rabhi quant à lui s’intéresse au sujet qu’il affectionne : quel avenir pour l’humanité dans la coopération au service de la vie.

On trouvera dans cet ouvrage un magnifique éclairage sur le monde dans lequel nous évoluons. Ses origines et son évolution. L’écriture est agréable à lire et à la portée de tout un chacun.

Partager cet article
Repost0
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 05:40

camisards2.jpgCharles-Joseph de La Baume

4ème de couverture : sans

ISBN : 2-7504-1810-0 – Edition : Lacour – Prix : 15.00€ – 387 pages.

Avis : Ce livre est une copie de la « Relation historique de la révolte des fanatiques ou Camisards » rédigée, en cinq volumes, par Charles-Joseph de la Baume, avocat, Conseiller au Présidial de Nîmes, en 1874.

L’auteur de cet ouvrage, très zélé catholique pour le bien de la religion et le service du Roi dans l’exercice de la magistrature, prétend faire œuvre d’historien. Il n’hésite d’ailleurs pas à écrire : « En me déterminant à composer cet ouvrage, j’ai considéré que le véritable devoir d’un historien consiste à ne déguiser jamais la vérité ; qu’il ne faut jamais aussi que la haine ou l’amitié, ou quelqu’autre considération, de quelque nature qu’elle soit, le rende partial. »

Suivent alors durant trois cents pages tous les actes commis par les révoltés contre les catholiques. Chaque fois que ceux-ci concernent des ecclésiastiques, des nobles, ou de riches bourgeois, il prend soin de détailler à l’extrême ce qu’il considère comme des infamies, des atrocités, des monstruosités, inhérentes à ces animaux sanguinaires. Quand il s’agit de petites gens, ne les qualifie-t-il pas de « lie du peuple » et s’ils sont catholiques, de « nouveau convertis ». Puisque l’abolition de l’Edit de Nantes exigeait que tout individus fût baptisé et contraint d’assister à l’office du dimanche. Il aura quand même l’honnêteté de citer la lettre d’un particulier, calviniste, adressée à Louis XIV (pages 269 à 271) qui décrit, en termes diplomatique, les exactions commises par le clergé catholique contre les réformés. On comprend mieux alors la rage qui conduisait cette révolte. Il aura garde de passer sous silence les jubilations de ces ecclésiastiques de haut rang à voir ces malheureux roués vifs, décapités, pendus ou brûlés. Jamais il ne s’interroge sur l’origine de la révolté alors que, dit-il, il a rencontré le principal chef de la révolte : Jean Cavalier.

Partager cet article
Repost0
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 15:18
camisards.jpg
P.-F. Puaux

4ème de couverture : « Au moment où les cléricaux font l'éloge des Miquelets et des Cadets de la Croix, toi raconte à tes jeunes coreligionnaires des Cévennes, de la Lozère et d'ailleurs, l'histoire des Camisards ; n'omets rien d'essentiel, tout en étant court et clair; court parce qu'on n'aime pas les longueurs dans les récits, clair parce qu'on n'écoute bien que ce qu'on comprend sans peine. » Je me suis dit aussi : « Sois impartial, blâme tout ce qui est blâmable, flétris tout ce qui mérite de l'être ; et quand le parti religieux qui n'est pas le tien aura raison, garde toi bien de lui donner tort. »

ISBN : 978-2-7504-3272-0 – Edition : Lacour, 1998 – Prix : 19.00€ – 225 pages.

Avis : La révolte des Camisards a défrayé la chronique entre 1702 et 1704, au temps du « Roi-Soleil ». Alors que la religion réformée était interdite en France et que la pression se durcissait, des protestants des Cévennes, jeunes paysans et cardeurs de laine, ont pris les armes pour réclamer la liberté de conscience.

Après avoir tenu tête aux armées royales pendant plusieurs mois, ils ont été vaincus et discrédités. Mais, depuis le milieu du XIXe siècle, leur histoire est à la source d'une mémoire mythique qui fait elle-même partie de l'histoire.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 22:02
premiersmacons.jpgDavid STEVENSON

4ème de couverture : La Franc-Maçonnerie fait depuis longtemps l'objet de controverse.

L'ambition de ce livre est de placer l'histoire des débuts de la Franc-Maçonnerie sur une base solide, par l'étude approfondie des plus anciennes de toutes les Loges maçonniques : les Loges d'Ecosse, durant leur premier siècle d'existence.

La plupart de ces Loges originelles existent toujours. Beaucoup d'entre elles possèdent des archives datant du XVIIe siècle, et même, dans deux cas, de 1599.

Cependant, on n'avait jamais tenté, par le passé, d'utiliser ces documents systématiquement pour analyser les Loges, leurs activités et leurs membres.

L'image qui se forme associe la mythologie médiévale du métier de maçon, en Ecosse, au cours des dernières années du XVIe siècle et un riche mélange de créations intellectuelles de la fin de la Renaissance pour créer un mouvement unique par ses idéaux et son organisation. Ces Sociétés Secrètes (l'existence même des Loges ayant été tout d'abord gardée secrète) furent dans un premier temps réservées aux seuls artisans. Mais par la suite, des hommes d'autres couches de la société vinrent les rejoindre pour partager les idéaux de fraternité et les rituels initiatiques.

Au début du XVIIIesiècle, la Franc-Maçonnerie avait atteint en Ecosse un développement tel qu'elle commença à se répandre rapidement en Angleterre, puis dans le monde entier. Tout en étant une contribution à l'histoire de la Franc-Maçonnerie, ce livre ouvre une nouvelle perspective à l'histoire sociale et culturelle de l'Ecosse du XVIIe siècle, en révélant l'existence d'un réseau d'institutions sociales, les Loges, dans lesquelles des hommes de rangs différents pouvaient se rencontrer et partager des idéaux et l'amour du rituel.

Lors de la première parution de ce livre (en 1988) David STEVENSON était Lecteur d'Histoire de l'Ecosse, et Directeur du Centre d'Etudes Ecossaises à l'Université d'Aberdeen. Diplômé des Universités de Dublin et de Glasgow, il a publié de nombreux ouvrages sur certains aspects connus ou méconnus de l'histoire de l'Ecosse au XVIIe siècle.

ISBN : 2-913882-02-1 – Edition : Ivoire-Clair, 2000 – Prix : 20.58€ – 222 pages.

Avis : L’auteur offre à son lecteur une situation des gildes de bâtisseurs en Ecosse à partir de la moitié du XVIème siècle. Principalement celles qui comportaient une loge secrète. Il répertorie ainsi pas moins de vingt-cinq loges, dont il retrace la vie en se référant aux documents qu’il a pu consulter. Ce travail est particulièrement intéressant pour le chercheur qui s’interroge sur le passage de la Franc-maçonnerie opérative à la Franc-maçonnerie spéculative. David Stevenson explique qu’à l’époque on pensait que les artisans possédaient un savoir inconnu des érudits, lié au statut de l’architecture. On croyait donc, que la sagesse perdue se trouvait dans les organisations secrètes. C’est par curiosité ou même par « encanaillement » (dixit l’auteur) que des aristocrates fréquentaient les loges opératives qui devinrent au fil du temps spéculatives avec l’industrialisation qui supplanta l’artisanat.

Partager cet article
Repost0
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 13:46
incendie-001.jpgLe roman de Giordano Bruno

Serge Filippini

4ème de couverture : Rome, 10 février 1600. Giordano Bruno a été condamné par l'Inquisition pour avoir pensé sans prudence et va être conduit au bûcher d'ici à sept jours. Sept jours pour écrire le roman de sa vie. Sept jours pour que naisse son grand œuvre au fil d'une narration puissante, de plus en plus marquée par l'urgence, le manque de sommeil et le besoin de dire l'homme de chair et de désirs, le philosophe et l'aventurier qu'il aura été dans ce monde envahi par les ombres noires de l'intolérance. Giordano Bruno évoque fiévreusement l'Europe de la Renaissance, ses ennemis nombreux, ses amis et toutes les figures qu'il aura pu croiser, de l'énigmatique Henri III de France à Montaigne, de Shakespeare au peintre Arcimboldo, sans oublier le troublant Cecil : un destin aimanté par le feu et voué à toutes les audaces.

« Un livre furieux.. . Des pages extraordinaires de sensualité et d'absolu. » PASCAL QUIGNARD, LE NOUVEL OBSERVATEUR

Né en 1950, Serge Filippini a suivi des études de lettres et de philosophie. Il est notamment l'auteur de L'Homme incendié, La Vie en double, Deux testaments et Un amour de Paul paru aux Éditions Grasset.

ISBN : 978-2-7529-0865-0 – Edition : Libretto – Prix : 10.80€ – 411 pages.

Avis : Malgré mon peu de goût pour le roman, je n’ai pu résister à l’envie de voir comment un romancier peut s’exprimer sur la vie d’un homme aussi prestigieux que Philippo Bruno. Serge réalise là un véritable tour de force et prouve qu’il a bien cerné la personnalité de cet académicien de nulle part. On regrettera peut-être le lourd accent d’homosexualité qu’il lui prête, mais par les temps qui courent qui s’en offusquera.

 

Partager cet article
Repost0
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 17:48
À LA RECHERCHE DE L'HUMANISME CHEZ LES PRIMATES

Frans De Waal

bonobo 0014ème de couverture : Dans ce livre remarquable, l'éminent primatologue Frans de Waal démontre que la morale humaine n'est pas imposée d'en haut. Enracinée en profondeur dans notre héritage animal, elle nous vient de l'intérieur. Elle est donc le produit de l'évolution.

Pendant des années, de Waal a vu des chimpanzés réconforter des voisins en détresse, des bonobos partager leurs aliments ou des éléphants s'entraider. Aujourd'hui, il publie, à propos des prémices du comportement éthique dans les sociétés primates, de nouvelles preuves qui renforcent la thèse des origines biologiques du sens humain de l'équité ou de la bonté.

Tissant son texte de récits saisissants issus du monde animal et d'analyses philosophiques éclairantes, de Waal explique la morale par un processus venu d'en bas, en mettant en évidence combien nous sommes liés aux animaux. Il explore ainsi pour la première fois les conséquences de son travail pour notre compréhension de la religion moderne. Quel que soit le rôle des impératifs moraux qu'elle édicte, on peut la considérer comme une « ouvrière de la onzième heure », venue s'ajouter à nos instincts naturels de coopération et d'empathie.

Le Bonobo, Dieu et nous élabore un raisonnement original fondé sur la biologie évolutionniste et la philosophie morale. Pensant toujours hors des sentiers battus, de Waal apporte une nouvelle perspective sur la nature humaine et sur nos efforts pour donner du sens à notre vie.

Frans de Waal est un primatologue et un biologiste américano-néerlandais que la revue Time a inscrit sur sa liste des 100 personnalités les plus influentes. Auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels Le Singe en nous ou L'Âge de l'empathie, il est professeur à l'université Emory d'Atlanta, où il enseigne l'éthologie. Ces livres ont touché un large public dans de nombreuses langues et ont fait de lui l'un des primatologues les plus célèbres au monde.

ISBN : 979-10-209-0062-3 – Edition : LLL – Prix : 23.80€ – 331 pages.

Avis : Pour qui s’intéresse à la morale ce livre est d’une aide précieuse et devrait être lu par tous les senseurs qui nous pourrissent la vie. Les lois morales ne sont que des approximations, des métaphores peut-être, du comportement souhaitable. Que les valeurs sous-jacentes puissent être intériorisées au point de nous doter d’une conscience autonome est quelque chose qui, comme l’écrit Kant, doit nous remplir d’admiration, car la façon dont cela arrive est très mal comprise. Voilà ce que nous dit, en substance l’auteur de cet ouvrage. Et j’ajouterai que « l’animal n’est pas un homme », mais il est vrai aussi que « les hommes sont des animaux ».

Partager cet article
Repost0